Critique Into Darkness by Poulpy

Attention, toutes nos critiques sont garanties sans spoil !

Grougrougrou ! Fit le poulpe au détour du tortueux chemin vers l’inspiration disparue. Il pensait qu’il aurait bien besoin d’être débroussaillé (le chemin) et, pris par une extrême fainéantise, il se mit en quête… D’une nouvelle quête. Heureusement, le poulpe connait exactement le meilleur endroit pour buller : La Taverne du Nain Bavard !

Tout à coup, une petite voix se fit entendre : « C’est aujourd’hui patate ! C’est aujourd’hui patate ! » Oui, parce que ce soir est le soir de… Star Trek Into Darkness ! Perplexe, et avec une légère aversion face à l’inconnu, le poulpe se dirigea vers le cinéma le plus proche…

Nos très chers et fidèles lecteurs s’en rendront peut-être compte, mais, dans ma précédente critique sur Star Trek, j’avais trouvé que le méchant était à chier, que l’ambiance n’était pas du tout là et qu’ils détruisaient mon enfance à chaque explosion. Bref, un bon film d’action, mais pas pour les fans. C’est exactement ce que j’ai entendu dire pour celui-là aussi. Étrangement, les gens qui disent ça, ne doivent pas vraiment connaître la série (ou alors ce sont de gros puristes), parce que ce n’est pas du tout le cas. On voit bien que J.J.Abrams s’est pas mal rattrapé et qu’il a bien été attentif aux critiques des fans. Il m’a vraiment étonné, en bien. Il y a quelques semaines je me suis fait deux films : Man of Steel, puisqu’il est de Znider, il ne pouvait être que bon, et Into Darkness, qui, je pensais, allait me saouler. Et bien, j’ai préféré le Star Trek. Voyons pourquoi après quelques compléments d’information.

Un résumé d’Allociné, pour vous mettre dans le bain :

Alors qu’il rentre à sa base, l’équipage de l’Enterprise doit faire face à des forces terroristes implacables au sein même de son organisation. L’ennemi a fait exploser la flotte et tout ce qu’elle représentait, plongeant notre monde dans le chaos…

Dans un monde en guerre, le Capitaine Kirk, animé par la vengeance, se lance dans une véritable chasse à l’homme, pour neutraliser celui qui représente à lui seul une arme de destruction massive.
Nos héros entrent dans un jeu d’échecs mortel. L’amour sera menacé, des amitiés seront brisées et des sacrifices devront être faits dans la seule famille qu’il reste à Kirk : son équipe.

Réalisé par l’auteur de Lost, qui a un gros passif pour nous faire saliver avant de nous décontenancer en ne sachant plus où aller et en bâclant les fins pour passer à autre chose… Espérons que ce ne soit pas le cas cette fois parce que le troisième promet, vraiment. L’exploration reprend… Par contre, si vous voulez des informations sur l’univers en lui même je vous conseille de lire tout d’abord la critique précédente (où d’aller sur un site consacré…). Ce que j’aime bien c’est qu’en plus de voir Rickey, l’ex de Rose dans Doctor Who, on voit aussi Sherlock Holmes ! (Benedict Cumberbatch) dans le rôle… Du méchant ! Ha ha, je ne vous spolierais pas, je dirais juste ceci : fan, vous aller hurler. L’équipage est toujours amazing, Kirk avec son nez étrange joué par Chris Pine fait un peu trop boyscout pour moi. Mais ça ne fait rien, car Zachary Quinto arrive à lui seul à rendre la passerelle plus « vivante » (Spock), et Bones (le Docteur McCoy interprété par Karl Urban), reprend à merveille l’esprit de la série avec ses blagues étranges… Bon c’est sur, ils ne remplaceront jamais les originaux, mais comme nous dit Genes Roddenberry (et Mulder dans X-Files), gardons l’esprit ouvert, même au risque d’avoir des courants d’air.

Après une introduction assez poilante et bourrée de références (comme dans tout le reste du film d’ailleurs), les emmerdes arrivent et elles ne prédisent rien de bon. Un peu trop d’action, pas assez de recherches, le rythme ne convient pas. À ce moment-là, on se dit : s’ils n’ont fait qu’exploiter la licence pour ce faire du pognon en ne respectant l’histoire qu’au début je veux me faire rembourser. Mais ça s’arrange par la suite, quand on voit ce que je voulais voir : les méchants cultes ! (qu’on ne fait qu’apercevoir, mais qui laissent une mise en bouche pour la suite de la trilogie). Kapla ! On retrouve aussi des personnages cultes, comme la mère du fils de Kirk dans l’univers alternatif (qui n’a rien à voir avec le monde miroir dont on parle dans la série). En plus, elle joue bien (Carol Marcus, interprété par Alice Eve). Le thriller en mousse, phrases débiles sorties de leurs contextes/explosions/gros nichons, n’y est pas cool ! Dans la deuxième partie du film, le complot se dévoile. Je ne peux rien en dire, mais à ce moment, mon coeur de Trekkie s’est mis au Death Metal… Je ne sais pas ce que ça a donné pour les néophytes, mais la reprise de la scène la plus horrible que j’ai eue à mater m’a fait chialer comme un personnage de Pixar. Et la fin… Il n’y a rien à redire, la reprise du thème original, le monologue, c’est comme un nouvel espoir pour la suite de la série, qui a failli mourir après l’arrêt d’Enterprise. En gros : c’est un bon film qui s’en tire avec un 15/20. Il y a des T_T et des *o* sans oublier les ^-^

Les points faibles : il est un peu patriotique, la série originale avait ce défaut parfois, mais il n’y avait pas de quoi chier un drapeau américain. Il y a des « Ho bin ça alors ! » qui se perdent, mais il ne fait pas cliché comme les autres sites le disent. Il est toutefois tous public, mais il ne fait pas passer les spectateurs pour des nuls. Enfin, il est américain, le pays où tout change de main à la vitesse d’un pourboire. Il n’est pas nuleuh ! Il ne faut pas aller le voir en se disant ça, mais il faut le prendre pour ce qu’il est. Il ne laissera pas un souvenir impérissable, il n’atteindra jamais le niveau de ses prédécesseurs, ce n’est pas une raison pour le bouder. Il est prenant, plus que 60% de ces compatriotes, il est seulement plus critiqué pour la raison qu’il n’est pas de n’importe qui et qu’il ne parle pas de n’importe quoi. J’espère que vous l’apprécierez comme je l’ai fait.

En comparaison à ce film, Man of Steel peut paraitre lent. Celui-ci ne l’est pas assez, mais les deux sont fidèles. Si vous ne savez pas quoi voir, regardez-les et faites-vous votre propre avis. En tant que critique c’est le mieux que je puisse vous conseiller, même si ça ne fait pas honneur à mon humble profession. En fait, les plus gros succès se font grâce aux « on-dit »… Un dernier truc : j’ai remarqué que beaucoup de gens cherchent le message caché quand ils voient un film, je ne sais pas pour vous, mais les films ne sont pas tout fait pour avoir une morale à la My Little Pony à la fin, ou un « engagez-vous dans l’armée, c’est fun »… Tous les blockbusters ne sont pas comme ça, celui-là ne l’est pas, si ça peut vous rassurer. Je passe la main, et à plus tard pour d’autres blabla !

À la prochaine !

Poulpy, le poulpe.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *