Double critique Mangas

Salut à tous les nains et toutes les naines, aujourd’hui nous allons parler de deux films d’animation sortis des Studios Ghibli. Et oui cet article sera dédié au Voyage de Chihiro et au château ambulant. Œuvres réalisées par Hayao Miyazaki. Alors installez-vous bien dans votre fauteuil et préparez-vous à découvrir ou redécouvrir ces deux chefs-d’œuvre.

Tout d’abord « le voyage de chihiro » ou « Sen to Chihiro no kamikatushi » (et c’est mieux avec l’accent) réalisé en 2001. Le synopsis est plutôt simple : une famille s’égare lors d’un déménagement et se retrouve dans un parc a priori désert. Envoûtés par les odeurs des plats présents sur les étals, les parents de chihiro s’installent pour se restaurer. La fillette de 10 ans s’éloigne un peu pour explorer les lieux et en revenant s’aperçoit que ses parents se sont transformés en cochons. Effrayée et coincée dans cet étrange univers elle commence à disparaître jusqu’à ce que Haku (mystérieux jeune homme) la recueille et la fasse entrer au service de Yubaba. Elle découvrira un monde peuplé d’esprit venu se reposer dans cette étrange auberge. Voici la bande-annonce.

http://www.youtube.com/watch?v=EPcS1O5OOoY

Alors, dans ce film on retrouve le traditionalisme de Miyazaki avec le monde spirituel japonais. Au final on s’attache très vite au perso de chihiro et le spectateur se laisse mener par l’histoire ne voyant pas passer les deux heures du film. D’ailleurs, ce dernier a un rythme soutenu mis en valeur par une bande originale magnifique. Ce n’est pas pour rien que « le voyage de chihiro » a reçu plusieurs récompenses dont « l’ours d’or » du meilleur film à Berlin en 2002, le « Hong Kong Film Award » du meilleur film asiatique en 2002 ou encore le « Silver Scream Award » au festival du film fantastique d’Amsterdam en 2003. De plus les critiques sont unanimes et placent le film sur un piédestal évoquant un poème en prose (les Inrockuptibles). Bref un « dessin animé » à faire découvrir aux sceptiques du manga et une oeuvre qui, je le pense, équivaut largement à certains Disney.

Deuxième « accusé » Le château ambulant (Hauru no ugohu shiro). Toujours un film d’animation de Miyazaki réalisé en 2004. Et pour une fois le film ne sort pas de l’imagination du maître. C’est une adaptation libre d’un roman de Diana Wynne Jones s’intitulant « le château de Hurle ».

Bon en ce qui nous concerne le « château ambulant » reste un film fort sympathique dont voici le synopsis. Sophie, une jeune fille de 18 ans travaille dans le magasin modiste de son défunt père. Elle rencontre le sorcier Hauru lors d’une course poursuite déclencher par les sbires de la sorcière des landes. Cette dernière maudit Sophie et la transforme en une vieille femme. La « jeune fille » s’enfuit de chez elle et se retrouve femme de ménage dans le château d’Hauru. Là, elle fait la connaissance du démon Calcifer et du jeune apprenti Marco. S’en suit toute une aventure visant à déjouer un complot de Madame Suliman (le mentor d’Hauru). Je ne vous en dirais pas plus et voici la bande annonce.

Malgré que ce soit une adaptation on retrouve toujours le style de Miyazaki avec des personnages pleins d’humour comme Calcifer et Marco. L’histoire entre Hauru et Sophie se développe tout au long du film laissant présager un happy end à la fin. Mais ça c’est à vous de voir si vous aimez décortiquer un film en le regardant. On peut voir aussi dans ce film des éléments steampunk, mélangeant un style classique du début du XXe siècle et des éléments futuristes comme les machines volantes (appareils que nous retrouvons dans beaucoup de films Ghibli). Bref un film d’animation fort sympathique à regarder en famille et à faire découvrir aux plus jeunes. Non parce que Dora et Bob l’éponge ça va cinq minutes.

 

Voilà c’est tout pour aujourd’hui, en espérant vous avoir donné envie de voir ou revoir ces deux films. La prochaine double critique portera sur Mononoke etNausicaa. Allez creusez bien mes bons nains.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *