Godzilla (version toute neuve)

Salut à tous les nains et toutes les naines. Aujourd’hui nous allons parler d’un reboot d’un film qui était bien.Si, si, je vous jure. Le remake de 1998 avait plutôt été une réussite, mais cette fois… Vous l’aurez donc devinez je veux parler de la nouvelle version de Godzilla. Et puisqu’on ne change pas une équipe qui gagne, voici le synopsis et la bande annonce. On se retrouve juste après pour en parler un peu.

Synopsis : Godzilla tente de rétablir la paix sur Terre, tandis que les forces de la nature se déchaînent et que l’humanité semble impuissante…

Bon, alors que dire de cette version… Et bien j’ai envie de demander au réalisateur et à la post prod : « Mais qu’est-ce que vous avez foutu bordel ». C’est sombre, on ne voit rien ! Les monstres sont à chaque fois de loin ou dans le noir. On ne voit pas du tout le travail du character design et pourtant avec les techniques actuelles on a  les capacités de faire carrément mieux. Rentrons un peu plus dans le détails.

Le scénario : pour cette version le monstre qui détruit tout sur son passage devient un héros qui sauve l’humanité des mutos. Les scientifiques connaissaient l’existence de ces formes de vies et les ont même entretenues pour qu’elles vivent. Après on entre dans le scénario du film d’action de base, avec les gentils soldats américains qui foncent dans le tas comme des bourrins parce que ce sont des ricains. Bref pas de quoi casser trois pattes à un canard.

Le jeu d’acteur : Honnêtement ça va, c’est pas trop mal. Bon concrètement on se demande ce que fout Juliette Binoche dans le film, mais bon sûrement une lubie du réalisateur ou pour faire référence au film de 1998 avec Jean Reno allez savoir. Petit coup de chapeau à Bryan Cranston, j’aurai aimé le voir plus longtemps dans le film.

La musique : ça fait penser à un film d’action mais sans plus. Pas de thème qui reste en tête et pas de musiques qui rendent le film super.

La réalisation : je citerai notre bon roi Arthur (Alexandre Astier) « Sortez-vous les doigts du cul ». Sans déconner comme je le disais plus haut c’est bâclé. Les monstres auraient pu être carrément mieux exploités. On ne les voit pas ou que de loin. Clairement ça ne sert à rien, et pour le coup ça fait que le film est tout juste passable.

Comme vous l’aurez compris un scénario basique, une musique plus que moyenne et une réalisation approximative. Si j’ai un conseil à vous donner restez sur la version de 1998 avec Jean Reno, au moins ça tient debout et on voit quelque chose. Allez à la prochaine mes bons nains.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *