Interview de Cécile Corbel

Salut à tous les nains et toutes les naines. Aujourd’hui je vous propose l’interview d’une compositrice de musique. Elle a travaillé plus particulièrement sur un animé des Studios Ghibli : Arietty et le petit monde des chapardeurs. Je veux bien entendu parler de Cécile Corbel. Voici ce qu’elle nous a confié. Enjoy mes bons nains.

1/ Pouvez-vous nous dire quel a été votre parcours pour arriver là où vous êtes aujourd’hui ?

Un parcours plutôt atypique je pense : des études scientifiques, puis un long cursus en archéologie et histoire de l’art à Paris, un amour pour ma région natale, ses musiques et son histoire, et une harpe celtique pour compagne depuis mon adolescence dans le Finistère.
Vous remuez tout cela, vous rajoutez quelques rencontres avec des gens précieux et talentueux, des musiciens, et aussi, je l’avoue, pas mal de travail, et me voici devenue aujourd’hui « troubadour » des temps modernes…
J’ai sorti mon premier disque ne 2005, 5 autres albums depuis, 2 bandes originales de films, j’ai joué un peu partout sur la planète, en Europe , en Asie et un peu aux États Unis aussi…
Je suis curieuse de connaître la suite de tout cela…

2/ Tous nos lecteurs savent que vous êtes à l’origine des musiques d’Arietty le petit monde des chapardeurs. Pouvez-vous nous conter votre aventure avec les studios ghibli ? (Origine du projet, contact…)

C’est une longue histoire dans laquelle j’ai eu beaucoup de chance : après avoir envoyé mon album aux studio Ghibli (album « songbook vol2 » en 2009) je me retrouve sur ce projet magnifique suite à un coup de coeur du producteur Toshio Suzuki et du réalisateur Hiromasa Yonebayashi…15 mois de travail entre la France et Tokyo pour composer les thèmes musicaux et les chansons du film. Nous étions présents à chaque étape du projet. C’est une façon de travailler qui fait que la musique et l’image sont toujours intimement liées dans les films de Ghibli. Cela a été une aventure formidable et Arrietty reste à jamais ma compagne de route.
Grâce à elle j’ai travaillé avec des gens merveilleux que j’admirais (et admire toujours) et j’ai aussi fait connaître ma musique au Japon et à travers le monde…

3/ Quelles sont vos méthodes de travail lorsque vous composez ? Avez-vous des rituels avant de commencer ?

Je n’ai pas de recette malheureusement. Je lance un appel si quelqu’un a le secret de l’inspiration, je veux bien le connaître.
J’essayer de ne jamais forcer les choses, ne ne pas avoir la sensation de travailler lorsque je compose.
Mes « meilleures » mélodies sont toujours nées très vite, comme tombées du ciel.
Je peux composer n’importe où, matin ou soir, chez moi avec une tasse de thé et mon chat, ou même en marchant dans la rue : il y a parfois des mélodies qui apparaissent lorsque je suis occupée à tout à fait autre chose (je les chantonne alors dans mon téléphone…les passants doivent se dire que je suis folle dans ces moments là)
C’est un peu le même processus pour les textes des chansons.
Ensuite vient le moment du studio et de l’enregistrement qui est plus rigoureux et sérieux. J’ai la chance d’avoir mes propres studios. C’est un havre de paix et un cocon dans lequel je peux passer des heures avec mon complice musical Simon Caby pour créer les arrangements de mes chansons.

4/ Quelles sont vos influences et vos artistes de références ?

Je suis gourmande de toutes les musique je crois : des choses obscures et inconnues aux tubes pop du moment qu’on entend au supermarché, je crois bien que tout m’intéresse  ! faire de la musique c’est un vrai métier artisanal, et donc il faut être curieux et laisser traîner ses oreilles un peu partout, c’est une « formation continue » !
Mais voici une liste non exhaustive d’artistes que j’aime particulièrement et dont je me sens proche (pour des raisons diverses) : Alan Stivell, Malicorne, Clannad, les Chieftains, Led Zeppelin, Loreena MacKennit, Deep Purple, Cat Stevens, Jethro Tull, Kate Bush, Eiffel, Iron Maiden, et la musique baroque et médiévale en général…

5/ Que conseilleriez-vous aux jeunes qui veulent se lancer dans ce milieu ?

Difficile de répondre en quelques lignes…Chaque parcours est unique.
Pour ma part je me suis toujours laissée guider par l’instinct et la chance, attachée à suivre mes rêves mais en gardant à tout prix les pieds sur terre. Je conseillerai donc d’avoir confiance en soi mais aussi de rester très lucide quand à la réalité tout simple.
Je crois que rien n’est jamais acquis quand on a choisi un métier artistique, il faut sans cesse se remettre en question, sinon on peut devenir ennuyeux et prétentieux. Il faut rester curieux et joyeux.

6/ Pouvez-vous nous faire part de quelques projets futurs ?

Je viens de sortir mon nouveau disque, « la fiancée ». Je me remets à composer pour un nouvel album mais je prends mon temps. Il y a aussi pas mal de concerts prévu pour cette année , une cinquantaine en France et à l’étranger, dans des lieux que j’aime. Et puis, dans l’air il y a aussi de nouveaux projets pour le cinéma…mais c’est encore secret !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *