Les comédies anglaises by Poulpy

Les effluves des nouveaux plats qui emplissaient la taverne se déversaient dans la sombre cave, subrepticement éclairée par une chandelle dont la lueur se répandait sur les nombreux tonneaux d’hydromel. En vous approchant un peu plus vous remarquez des formes étranges, des glapissements provenant d’une large cuve de ce nectar, éventrée et positionnée dans le fond de la pièce. Vous soupçonnez, surement grâce à tous ces indices et aux ondulations du liquide, que quelque chose se trouve dans les abysses du tonneau… Quelque chose de sirupeux, se trémoussant dans ce bac, semble vous lancer un appel inaudible. Que faites-vous?

– Vous vous rendez compte que vous avez un gros creux et que les mets posés à l’étage semblent assez cuits pour que vous ne les snobiez pas. Vous remontez doucement les marches et interpelez le tavernier. Celui-ci est tout à fait disposé à vous présenter le menu. Rendez-vous à un prochain article.

– Vous vous demandez ou vous êtes tombé et tout d’un coup le coin ne vous semble pas si sûr. Vous êtes soudain pris par une étrange sensation de dégout face à cette sorte de visqueuse cacophonie. En restant alerte, vous remarquez que des formes tentaculaires sortent de l’hydromel pour asperger les murs et le sol, comme amusées par le claquement produit à la surface du liquide. Vous levez un sourcil… Du moins, vous essayez, et vous cliquez sur votre barre de recherche en réfléchissant à une nouvelle recherche. Rendez-vous… Et bien où vous voulez, un de ces quatre peut-être.

– Vous prenez la situation plutôt bien, tout compte fait, et vous décidez de vous approcher. La curiosité l’emportant sur votre jauge de santé mentale, si vous êtes un rôliste, ou sur votre rationalisme, pour les autres, vous vous penchez pour regarder au fond du bassin. Ce que vous avez pris pour une créature innommable n’est en fait qu’un gros mollusque affalé dans une bonne dose d’alcool cuvant après ce qui vous parait être une dure journée de labeur : sur une table sont éparpillés plusieurs feuilles de parchemins et un pot d’encre à moitié vide d’où sort une plume plus qu’usée. Le poulpe semble vous avoir remarqué, car d’un pitoyable mouvement de ses pseudopodes il refait enfin surface et dans ce qu’il prend pour un salut il vous gargouille amicalement un son inarticulé. Que faites-vous?

– Vous ne savez quoi répondre et retournez bien sagement au I. après lui avoir rendu son salut… Ou vous vous demandez vraiment pourquoi vous lisez ça et entreprenez une nouvelle recherche, bien à l’abri derrière votre ordinateur.

– Vous décidez de continuer la conversation. Cela ayant l’air de ne conduire à rien de spécial, et comme vous avez l’impression que parler à un céphalopode amorphe ne vous rendra pas très intelligent (surtout si quelqu’un vous y surprend) vous décidez de reporter votre attention sur les gribouillis jonchant la place.

Bravo, le poulpe semble tout d’un coup fier de lui et il vous montre sa toute nouvelle critique. Il observe la moindre de vos réactions, le moindre petit commentaire, en faisant des bulles de satisfaction. Mais je vous en prie, ne vous arrêtez pas en si bon chemin, tout de suite :

Les comédies anglaises

image1

First, pourquoi anglaises? Bin, parce que les comédies américaines, ce n’est pas mon truc. En fait, à par les films de David Lynch ou avec Whoopi Goldberg, et quelques rares exceptions, comme à la TV (Six Feet Under, Friends, Big Bang Theory…), c’est un peu trop souvent la même chose : un type, qui à une grosse bite, cherche à «pécho» (si ça se dit comme ça), une bonasse chiante à gros nichons, et va sla faire à la fin… Comme c’est romantique… Pour ce qui est des françaises, j’en suis resté à la Cité de la Peur, donc j’ai du retard. Bon OK, ça ne va concerner que les films humoristiques parce qu’il y aurait trop à en dire, et je ne parlerais pas des Monty Python, j’aimerais leur faire une critique plus tard :

Pendant un moment je me demandais ce que les vraies gens regardent. Je me suis dit «Mé, pitètre ki matent des comédies! Allons en… zieuter!» En fait ils regardent de la télé-réalité… Cruelle déception. Ça m’a quand même fait découvrir de nouvelles choses et j’ai passé un bon moment, hors du trip barbare et dragon habituel, sérieux! Je ne sais pas si vous le savez, mais l’ambiance est assez mariage sur ce site, c’est pourquoi j’ai sélectionné pour vous quelques films cools sur le sujet. C’est un peu particulier cette fois (encore) parce qu’il va s’agir d’un top10 spécial dédicace à notre très cher Nain! Si vous avez envie de vous détendre après une dure journée de labeur, ces films sont faits pour vous. Ils ne prennent pas la tête, sont vraiment marrants si vous avez un peu d’humour, vu que c’est de là-bas que vient le terme, et surtout ils sont vraiment bons. Gardons le meilleur pour la fin, on va se les faire de 10 à 1.

Four Weddings and a Funeral, Quatre Mariages et un Enterrement

image2

Malgré le titre et les préjugés, ce n’est pas un film girly… Comme le reste d’ailleurs. Ne partez pas en vous disant qu’il doit être nul, parce que vu le nombre de choix possible que j’avais pour les deux dernières places, c’est pas mal d’en être arrivé là.

On doit ce film à Mike Newell, qui a déjà pondu quelques petits bijoux, mais moins depuis qu’il s’est américanisé. Le scénariste, Richard Curtis, nous composera, quelques années plus tard, d’autres choses plus loin dans la liste… L’histoire commence comme toutes les histoires du genre : un groupe d’ami est invité à quelques mariages. Ils se promettent de trouver «the one» et de quitter leur situation de célibataire endurci. Ce qui ne sera pas super facile, comme vous vous en doutez. Ils vont se retrouver dans des circonstances parfois marrantes et parfois étranges, qui pourront vous étonner. Il date quand même de 1994, l’année où Dana Scully se faisait enlever dans X-Files, je me prends un coup de vieux dans les chicots. Vous pouvez vous douter que le genre wedding movie n’était pas encore trop répandu, il est donc devenu un classique du genre.

Maintenant les points forts : il est tout public, ceux qui ont de la bouteille pour ces choses-là se reconnaitront peut-être. Il n’est pas nunuche, ni lourd, les acteurs/personnages sont sympa alors ça change, parfois on dirait une pièce de théâtre et c’est vraiment amusant. J’aime bien le comique de situation, ça va sans doute se ressentir dans le reste… Vraiment, ce que j’aime ici c’est la légèreté des choses, pas qu’il soit plat et vide, il est rafraichissant. Il ne pue pas comme certaines comédies dont je parle plus haut, avec des blagues de toilette pas drôle.

Les points faibles : c’est plus romantique qu’humoristique parfois. Il y a des moments drôles et des moments… Dison mignon. Il est un peu plus fait pour les soirées en amis ou entre fille, ce n’est pas du tout un truc de macho, si vous voyez ce que je veux dire. Si vous êtes nouveau dans le style, ne commencez pas par celui-là. Le problème c’est qu’il a vieilli.

Wild Target ou Petits Meurtres à l’Anglaise

image3

Un film de 2010 avec… Rupert Grint et Martin Freeman!!! J’entends déjà les groupies… Réalisé par Jonathan Lynn, il est vraiment moins bidons que Mon Voisin le Tueur qui, malgré un casting aussi bon que celui-là, se termine vraiment trop à l’américaine est devient énormément décevant.
Aller, parce que je vous hais, je vais faire un copier/coller d’Allociné : Victor Maynard, un assassin vieux et solitaire, vit pour satisfaire sa formidable mère Louisa. Sa routine professionnelle est interrompue quand il se trouve attiré par l’une de ses prochaines victimes, Rose. Il épargne sa vie et obtient inopinément un jeune apprenti dans le processus, Tony. Pas si «à l’eau de rose» qu’il n’y paraît… Il n’a rien de spécial, il est juste bon.

Les points forts : il est un peu dark, c’est plus de l’humour noir parfois, quoique on emploi ce terme pour tout et n’importe quoi. Les acteurs sont vraiment dignes de leur renommée, leurs mimiques et leurs réparties sont excellentes.

Les points faibles : Peut-être est-il un peu lent sur certains côtés, même s’il ne mérite pas d’être catalogué de cette façon… Faut bien que je trouve un truc. Il peut paraitre caricatural, si vous n’aimez pas ça vous risquez de le regarder avec un air blasé… Ça arrive.

The Full Monty

image4

Encore un film un peu vieux, mais avec plus d’action. Réaliser par l’illustre inconnu Peter Cattaneo en 1997, on y retrouve quand même quelques têtes connues. Pourquoi lui? Il est original, c’est une scène de la vie de tous les jours pour une majorité de personnes et pourtant ça devient amusant. J’aime bien : la routine qui change à cause d’une idée étrange, jusqu’au moment où il faut se lancer. Mais ça, c’est un avis très personnel.

La ville de Sheffield a subi de plein fouet la crise de la métallurgie de 80. Gaz est l’une des victimes de la morosité économique. Son horizon se limite aux usines désaffectées et aux friches industrielles. Séparé de sa femme, chômeur, Gaz se débrouille comme il peut pour conserver l’affection de son fils. Dans ce quotidien plutôt terne, la venue de chippendales crée un succès phénoménal qui va l’inspirer : monter son propre spectacle de déshabillage progressif. Aidé de son corpulent ami Dave, Gaz organise une audition pour recruter les membres de la fine équipe et organiser les premières répétitions dans un hangar… Cf : Wikiniania.

Les points forts : vraiment marrant, avec quelques scènes cultes qui restent bien en tête. Encore une fois les mêmes trucs que d’habitude, jeu d’acteur OK, scénar OK, Poulpy content. Il n’est pas cruche, il n’y a pas les blabla chiants qu’on doit parfois se taper entre deux scènes et surtout ce n’est pas trop fifille. Le scénariste, Simon Beaufoy, se met dans la peau des protagonistes pour rendre leurs réactions plus réelles que possible. On se sens parfois impliqué dans les dialogues, ça rapproche encore plus de l’œuvre.

Les points faibles : il commence bizarrement, et lentement. Il ne faut pas s’arrêter à ça et être patient, ce sera largement récompensé. C’est un film de chômeur, ne déprimez pas pour autant (et puis s’il était vraiment nul, je ferais un plus long paragraphe). Il n’est pas tout public, pour ceux qui ont des enfants : ce n’est pas un film familial… Bon en fait ce n’est pas non plus un point faible. Ah oui, si vous êtes un ado du vingt-et-unième siècle vous risquez de ne pas comprendre certaines références.

Bridget Jones Diary et Edge of Reason

image5

Comment faire un bon topique sans les citer? Oui, il y a presque que des classiques, mais bon, j’imagine que ce n’est pas le truc de tout le monde alors, quitte à vous faire découvrir, autant le faire dans le lard des règles! Vous remarquerez que lorsque je parle de tous ces films je ne me renseigne pas de trop sur eux, pour pouvoir rédiger mon propre avis. La plupart du temps quand il y a deux films la question qui se pose c’est «lequel est le mieux», j’aime le un, le deux est bien pour les blagues et parce que c’est la suite du un. Si vous ne les avez pas vus d’une traite vous devez avoir plus à en dire sur ce point. Je vais donc les traiter comme un seul et attendre le trois.

L’héroïne, Bridget Jones, cherche à rencontrer l’amour avant qu’il soit trop tard. Le problème c’est qu’elle n’est pas très douée. Elle va donc aller de rencontres bizarres en aventures encore plus bizarres… Sans spoil. Nous avons droit à trois réalisateurs : Sharon Maguire n’à pas énormément de films à son actif, mais ils sont tous dignes d’intérêt, sans révolutionner le style, mais en le renforçant. Andrew Davies, écrivain réputé, a su bien reproduire le roman initial d’Helen Fielding, quant à Richard Curtis, on ne le présente plus… Le premier film est sorti en 2001, de second en 2004 et après une longue pause, la suite est prévue en octobre.

Points forts : Bridget Jones. Plus que tout les autres trucs, l’ost, le casting et deux de mes acteurs préférés, ce personnage est mythique. Il faut voir pour comprendre, je vous laisse la surprise. Faites-vous votre propre avis, j’aimerais bien le connaître, car tous ceux avec qui j’en ai parlé ont aimé… Sauf un, mais il a pas de goût… Bon, je ne vous force pas à être d’accord 😛

Points faibles : oh my Cthulhu! Je suis tombé dessus une fois en regardant cette chose étrange qu’est une télé, et vous savez quoi? Il y a des gens qui regardent des films en français! Comment on peut comprendre les jeux de mots et les accents quand il n’y a pas les voies originales? C’est idiot, les films anglais sont faits pour être en anglais, sinon on passe à côté de tout, non? Bon, un vrai point faible : c’est un truc de fille. Il y a parfois des situations embarrassantes, peut être que ça peut gêner.
J’ai pas envie que vous le regardiez comme le propriétaire de la télé que j’ai rencontré, du genre «Wo ptain, trop conne la meuf, ziva!» parce que c’est méchant et pas du tout ça. Par contre, si vous avez des préjugés sur ce film, il y a de grandes chances qu’ils soit fondés.

Made in Dagenham ou We Want Sex Equality

image6

Je ne dirais pas du mal de ce film, je vais être objectif (comme d’hab en fait), parce qu’il m’a vraiment plus et m’a pris aux tripes plus qu’aucun autre dans cette liste. En fait, il est assez politique sous ces airs de ne pas y toucher et perso, j’ai appris des trucs vraiment importants. Par exemple, vous savez que les femmes sont moins payées que les hommes? Oui? OK, traitez-moi d’inculte, mais je ne le savais pas avant ce film. Bon, c’est sur que si vous ne vous intéressez pas au sujet il va vous ennuyer. Il est différent des autres parce qu’il n’est pas fait pour rire, mais il est très bien réalisé. Si vous voulez tester un autre style, si vous en avez marre de parler mariage, il peut vous plaire. Il n’est pas girly, et c’est tout public donc vous pouvez donc le proposer dans une soirée, vous ne serez pas déçu et vous pourrez aussi rigoler de la réaction des gens. Il est un peu hors sujet, ne croyez pas que je l’ai mis pour exprimer une opinion politique, je l’ai juste mis parce qu’il a de la valeur, cinématographiquement parlant… Ce mot est étrange!

Réalisé par Nigel Cole et sortie en 2010 : au printemps 1968 en Angleterre, une ouvrière d’une succursale de Ford, sous l’impulsion de son supérieur, et partant d’une simple demande d’augmentation de salaire promise par sa direction depuis longtemps pour elle et ses collègues, va mener un mouvement visant à instaurer l’égalité de salaire entre les hommes et les femmes… Cf : Wikinianiania, merci d’être si présent, tu vas me faire pleurer…

Points fort : comme d’hab, je ne vais pas vous parler de merde dans le top10! Il est bien réalisé, il n’y a rien à redire sur les effets. C’est amusant de voir comment était la vie de nos parents/grands-parents et oui, les trains existaient déjà. On sent bien que les acteurs se sont impliqués dans leur rôle et que ce sujet les touche parce que leurs réactions sont tellement sincères que ça fait plaisir. C’est le début du féminisme, ça fait un bon sujet académique.

Points faibles : il fait légèrement politique, dit comme ça, ça peut rebuter (mais ce n’est pas le cas, ce qui est plutôt un point fort de ce côté là), il peut agacer à la fin, c’est ce qu’on ma dit.

The Best Exotic Marigold Hotel ou Indian Palace

image7

Ce film est juste awesome côté casting, à chaque people qui apparaissait à l’écran je HAAAA!!!, c’est un truc qu’on ne ressent que dans très peu de films, comme Love Actually (juste après celui-là). Bref, je l’ai trouvé cool parce que ce sujet est juste bon. En fait, tout le monde vieillit un jour et il arriva un moment où nos réactions divergent de ce que l’on pourrait s’imaginer. C’est le thème du film, entre autres. On doit cette perle à John Madden, qui a tellement de bons films à son actif que je ne sais pas lesquels citer. Il date seulement de l’année dernière, ce qui me fait penser qu’il doit y avoir plein d’autres comédies plus vieilles et dans le même genre, quelque part entre ici et ailleurs, qui n’attendent que notre attention. Enfin, parler de ceux-là c’est un bon début pour agiter votre imagination et vos souris, nan? Et puis, vous pouvez toujours laisser un com 😉

Tout commence avec un groupe de retraité qui va se retrouver dans un hôtel miteux… En Inde. La raison de ce voyage : changer de vie, fuir le quotidien, se faire hospitaliser, retrouver quelqu’un… Ce qu’ils vont trouver va totalement les dépayser, leurs apprendre de grandes choses sur la vie, la changer et peut être arriverons t’ils a l’accepter, peut être non. En fait, l’Inde est totalement différente de l’occident, c’est un des aspects que les réalisateurs ont sans doute voulu montrer. À côté de ça il y a la vie du jeune gérant qui veut reprendre les rênes de l’hôtel que lui a laissé son père et va tout faire pour prospérer afin de prouver à sa mère et à lui-même qu’il peut réaliser de grandes choses, et surtout pour mériter la main de la femme qui l’aime et qui provient d’une caste plus élevée que la sienne. C’est une bonne critique de la société pour les deux pays en question, avec leurs hauts et leurs bas. J’imagine que c’est surtout une leçon de vie, mais il est marrant et c’est à vous de le percevoir de la façon qui vous convient le mieux.

Les points forts : très instructif, il fait réfléchir. Niveau technique, il est bon : casting, scénar, ost… Il y à pas mal de blagues, il est loin des histoires habituelles et c’est étrange de voir toutes ces stars dans des rôles si différents à d’habitude.

Les points faibles : vous aussi vous ressentirez un léger dépaysement, ça peut être stressant. C’est tout! On approche de la fin alors c’est normal que les paragraphes rapetissent.

Love Actually

image8

Bill Nighy!!!!! Je suis accro. Donc, ce film est super et vous aller baver, s’il s’avère qu’on soit du même avis depuis le début de la liste… Se moquer des gouts d’un apprenti cinéphile parce qu’il vient de découvrir autre chose que des films fantastiques n’a jamais été drôle… En parlant de drôle, celui-là l’est vraiment. Quand les gens disent comédie romantique on pense toujours aux films niais américains, mais c’est anglais! Ce n’est pas pareil, c’est poilant, on tombe du canapé, on bave, on a des émotions! Que demander de plus quand on passe un si bon moment? Si vous ne me croyez pas, deux mots : Ricard Curtis, de Bridget, Good Morning England et 4wedding’s. Ce type est cool. Voici donc ce qui a rempli les salles en 2003, grâce à mon pote wiki :

Le destin de plusieurs personnes : une rock-star has-been sur le retour et son manager ; un couple récemment marié et leur ami amoureux de la mariée ; un écrivain qui vient d’être trompé par sa petite amie et qui fait la rencontre de son employée de maison portugaise ; un autre couple et la secrétaire du mari ; le premier ministre et sa jeune collaboratrice ; un enfant, amoureux d’une jeune fille de son école et son beau-père, veuf, qui lui donne des conseils ; une employée tiraillée entre son frère autiste et l’amour qu’elle ressent pour un collègue ; un jeune à la conquête de l’Amérique pour trouver des filles et des comédiens sur fond de Noël : c’est une histoire d’amour, de sentiments et d’humour.

Les points forts : tout.
Les Points faibles : rien.

Oui je sais, mais si je vous dit trust me, I’m the poulpe, vous le regarderez? Je peux menacer un chien si vous voulez… Il n’y a rien de plus à en dire en fait, il est simplement génial. Mais, que peut-il y avoir de plus génial après ça? Tada!

Lock Stock and Two Smoking Barrels ou Arnaques crimes et botaniques, et Snatch

8114_karty-dengi-i-dva-stvola_or_lock-stock-and-two_1024x768_(www.GdeFon.ru)

Deux films de Guy Richie avec Jason Statam, l’un de 1998, suivit d’une mini série, et l’autre de 2000. Ils commencent à dater mais c’était le bon temps, celui où Hollywood n’avait pas forcément son mot à dire sur tous ces gens vraiment excellents. Ils sont assez similaires parce qu’à chaque fois on retrouve l’histoire d’une bande d’apprentis gangsters dans des situations dignes d’un Tarantino. Mais l’ambiance est différente, vraiment spécifique. Je laisse Allociné vous en parler, je commence à m’abimer les doigts sur ces touches…

Lock Stock and Two Smoking Barrels : Eddy, un joueur invétéré, s’apprête à participer à la plus grosse partie de cartes de sa vie avec un enjeu de cent mille livres, somme qu’il a durement amassé avec ses trois acolytes, Tom, Baco et Soap. Eddy est considéré comme l’un des meilleurs joueurs du circuit, mais la partie s’avère être un coup monté à l’issue duquel il doit cinq cent mille livres à son adversaire Hatchet Harry. Ce dernier lui donne une semaine pour réunir cette somme, sinon il aura les doigts coupés. Seul JD, le père d’Eddy, pourrait annuler la dette en cédant son bar à son vieux rival, Harry.

Snatch : Franky vient de voler un énorme diamant qu’il doit livrer à Avi, un mafieux New-Yorkais. En chemin, il fait escale à Londres où il se laisse convaincre par Boris de parier sur un combat de boxe clandestin. Il ignore, bien sûr, qu’il s’agit d’un coup monté avec Vinny et Sol, afin de le délester de son magnifique caillou. Turkish et Tommy, eux, ont un problème avec leur boxeur, un gitan complètement fêlé qui refuse de se coucher au quatrième round comme prévu. C’est au tour d’Avi de débarquer, bien décidé à récupérer son bien, avec l’aide de Tony, une légende de la gâchette.

Points forts : ah! Enfin un film viril… Ou pas, mais au moins ça change de la romance. Les monologues de Statam sont justes poilants, la musique est vraiment cool si on à des gouts de viocs, il y a toujours des scènes bizarres où on ne sait jamais ce qui va se passer et on ne s’attends pas du tout à la fin, même si on a une idée de ce qui va se passer avant la moitié des protagonistes, une autre moitié va juste tout faire revirer d’une façon totalement imprévue. C’est vraiment fun. J’aime aussi beaucoup l’atmosphère, so british.

Points faibles : peut-être que ça va trop vite parfois, et peut-être que vous n’aimerez pas l’humour. C’est un peu décalé donc ça ne se met pas au niveau de tout le monde.

The Boat That Rocked ou Good Morning England

image10

Si vous aimez le Rock’n Roll, ce film est fait pour vous. Même si ce n’est pas votre truc, vous avez quand même de grandes chances de passer un bon moment. C’est un film qui parle des radios pirates qui diffusaient du rock en Angleterre, avant que ça ne parte en live et que les seules musiques qu’ont ai le droit de diffuser soit sur des ondes légales et contrôlées par une bande de mafieux qui ne pense qu’au pognon et à gérer la populace en leur faisait oublier la culture trop dérangeante que leur à légué cette génération… Oui je m’énerve : le Rock se meurt de plus en plus… Ce film fait quand même plaisir : comme dit plus haut, c’est un Richard Curtis, quatre ans d’âge.

Pour vous mettre dans le bain, voici les premières phrases d’intro : en 1966 le rock explose dans le monde, et notamment au Royaume-Uni. Pourtant, la BBC diffuse moins de 45 minutes quotidiennes de ce son nouveau. Radio Rock, une radio pirate, diffuse ses programmes depuis un bateau naviguant dans les eaux internationales de la mer du Nord, au large de la côte anglaise. Le gouvernement britannique est bien décidé à réduire ces voix dissidentes au silence, mais ces incroyables disc jockeys ne comptent pas se laisser faire. Quand ils occupent l’antenne avec du sexe, de la drogue et du rock’n’roll, près d’un Anglais sur deux est à l’écoute… Ça donne envie non?

Points forts : le casting, la musique, le scénario, les blagues débiles… Tout en fait. Il est bien à voir pour votre culture générale et pour se détendre un peu.
Points faibles : j’en trouve pas là, désolé…

Hot Fuzz

image11

C’est le film le plus poilant que j’ai vu. Sans dec, il est top. Je vous mets direct les infos : réalisé par Edward Wright (Shaun of the Dead, Scott Pilgrim…) C’est, je trouve, la meilleure de ces oeuvres. Comme les autres sont bien aussi je vous conseille de regarder sa filmographie. J’ai hésité à mettre Shaun, mais comme c’est un film de zombie il aurait peut-être été hors sujet : je ne veux pas vous parler de fantastique pour changer.

Points forts : ça change des a priori qu’on a sur la police. La scène de fin est mythique et je me demande encore comment ils ont pu réquisitionner tout un village pour filmer ça. Les persos sont poilants et il y a quelques scènes gores très cutes… Les dialogues sont bourrés de blagues, les acteurs principaux sont cools, et c’est vraiment bourrin.

Points faibles : il ne faut pas manger devant sinon on risque de s’étouffer. Pareil, si vous avez un canapé il va falloir déménager sur le sol parce que sinon vous risquez de vous faire mal en tombant… Il ne faut pas non plus le passer dans un couvant, mais sinon ça va.

Je suis sur que vous avez votre propre top, ou d’autres films en tête que je ne connais pas. J’aimerais en découvrir plus, peut-être que ce sera le cas lorsque cet article sera posté. Je n’ai mis que des films anglais, pas anglo-saxons, mais ça ne veut pas dire qu’il faut les snober non plus. En tout cas, ma chasse reprend et j’espère qu’elle sera fructueuse. À la prochaine fois, et à la prochaine proie!

image12

Une fois votre lecture finit vous vous rendez compte que le poulpe à sombrer dans des profondeurs insondables, bravo jeune aventurier, vous venez de vous abimer les yeux au lieu de vous sociabiliser! Comme vous devez avoir la gorge seiche je vous conseille de remontrer à la taverne et de partager vos grandes découvertes à tous les gentils nains que vous connaissez! FIN!!!

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *