On a marché sur le crâne

Salut à vous bande de nains ! Aujourd’hui je vais vous parler d’un livre que j’ai reçu grâce à son auteur, ce qui m’a permis de découvrir son oeuvre. Et je peux vous dire que c’était une expérience très intéressante. Le titre « On a marché sur le crâne » de Will Black Mind en partenariat avec Jean Blasco et Sonia Ligorred pour les photographies des crânes. Tout un programme sur lequel je vais m’empresser de donner mon avis. C’est parti pour une nouvelle critique.

ESSAI-8-12bandes

 Alors que dire de ce recueil paru aux Éditions les Occultés… De prime abord ça pourrait paraître un peu étrange cette alternance entre photo prises au musée Testut Latarjet de Lyon. Mais au final on entre très vite dans le livre et on le dévore jusqu’à la dernière page. Pour vous donner un ordre d’idée, j’ai été le chercher dans ma boîte aux lettres et peut-être 1h30 plus tard je l’avais terminé. Pour vous dire que ça se lit très vite grâce au style fluide et envoûtant de Will Black Mind et aux photos de ses acolytes.
D’ailleurs je vais m’attarder un peu sur ces photos qui pourraient vous paraître macabre, mais si vous avez ce livre entre les mains passez outre cette impression. Je me suis surpris à vouloir connaître plus sur l’histoire des personnes à qui avaient appartenu ces restes. Et les théories qui nous sont présentées sont assez intéressantes pour s’y attarder et aller chercher des compléments. De plus, cela illustre parfaitement les textes de l’auteur dont  je vais vous parler maintenant.

Comme je le disais précédemment ce livre est un recueil de poèmes et de textes ayant pour thème les crânes et restes humains. Notre cher Will pose un regard totalement apaisé sur la mort et non une fascination morbide. A travers ses textes on sent une réelle sensibilité et une réflexion sur ce qui se passe après la mort. Ces textes, loin de dégouter, sont une invitation à la curiosité et on se perd volontiers dans les méandres des textes pour au final se dire que cette vision est plutôt rassurante.

Pour ma part je vais vous lister les textes qui m’ont particulièrement plu :

Ixoïdes est un poème que je trouve très touchant. Deux enfants qui vont mourir avant de naître, l’un rassure l’autre en lui disant que tout va bien se passer et que personne ne sera séparé car mort lui a promis.

Styx  est un texte très intéressant (peut être parce que ça touche à la mythologie et que j’adore ce monde) qui nous relate la traversée du fleuve pour des morts qui vogue vers la fin du voyage.

Battue un poème très fort qui met en scène l’agonie d’une femme battue par son mari. Je trouve que l’auteur a bien fait de traiter ce sujet au combien important pour continuer de sensibiliser les lecteurs à ce problème pour que cela cesse un jour. Merci pour l’engagement.

Schiz la vision d’un homme sur un corps étendu sur son lit de mort. Le plaignant il finit par comprendre que c’est le sien et qu’il est prêt à suivre la grande faucheuse. C’est très bien écrit, j’ai adoré cette façon d’amener à la prise de conscience.

Mortal Postale et si les morts pouvaient nous raconter ce qu’ils voyaient depuis leur dernière demeure. Peut-être que cela apaiserai et rassurerai ceux qui restent.

L’homme à tête de corbeau est un texte basé sur la période de la peste en Europe et cet homme à tête de corbeau n’est autre qu’un médecin qui contemple à regret le passage de la maladie dans un village. Joli témoignage historique d’une période que l’on connait, mais que l’on ose pas trop aborder à cause des morts.

Voilà ce que j’avais à dire sur ce recueil qui vaut la peine d’être lu mes bons nains. Je tiens à remercier Will Black Mind pour s’être adresser à la taverne pour une chroniquer et aussi les Éditions les Occultés pour cette publication. Voilà, je vous dis à bientôt pour de nouvelles aventures mes bons nains !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *