Pourquoi j’ai pas mangé mon père

Salut à tous les nains (poilus) et toutes les naines (pas forcément poilues… je viens de m’apercevoir que je suis sur un terrain glissant alors, chut). Aujourd’hui je viens vous parler d’un film sorti récemment et où tout le monde est poilu. Je veux parler du film de Jamel Debbouze « Pourquoi j’ai pas mangé mon père ». Et comme d’habitude voici le synopsis et la bande annonce. On se retrouve après pour une petite critique.

Synopsis : L’histoire trépidante d’Édouard, fils aîné du roi des simiens, qui, considéré à sa naissance comme trop malingre, est rejeté par sa tribu. Il grandit loin d’eux, auprès de son ami Ian, et, incroyablement ingénieux, il découvre le feu, la chasse, l’habitat moderne, l’amour et même… l’espoir. Généreux, il veut tout partager, révolutionne l’ordre établi, et mène son peuple avec éclat et humour vers la véritable humanité… celle où on ne mange pas son père.

Allez c’est parti pour quelques mots sur ce film d’animation. Tout d’abord je pense qu’il est intéressant de savoir que ce film a été entièrement réalisé en capture de mouvements (mais si vous savez les acteurs sont en combinaison avec des petites boules blanche sur tout le corps). Et c’est aussi l’adaptation du roman de Roy Lewis « Pourquoi j’ai mangé mon père ». Poussons un peu le décorticage du film.

Le scénario : Très simple, sans trop de surprises et parfois un peu confus. La rencontre avec Lucy est sympa et je dois vous avouer que je n’y pensais pas jusqu’au moment où j’ai vu le personnage. Je me suis dit « Ils l’ont fait, ils ont intégré notre ancêtre ». Après c’est vrai que le reste, si vous êtes un puriste de la préhistoire, va vous faire hérisser les poils sur la tête. Mais n’oublions pas que nous avons à faire à un film pour enfant. Ne leur en demandons pas trop et c’est pourquoi je ne m’étendrai pas sur les passages dansant et musicaux du film (j’ai trouvé que ça n’avait pas grand chose à faire dans le film). Encore une fois je me tairai car estampillé film pour enfants.

Pour ce qui est des personnages et jeu d’acteur : franchement ça passe. J’ai juste un peu de mal avec Jamel Debbouze qui parle sans arrêt et j’avoue qu’au bout d’une heure et demie ça devient saoulant. Mélissa Theriau est pas mal dans le rôle de Lucy et on voit que depuis le début de l’humanité on ne fait pas ce qu’on veut (non c’est pas vrai je ne cherche pas les ennuis). Après j’ai trouvé intéressant et à la fois agaçant le personnage de Vladimir qui a été créer à l’image de Louis De Funès. Je m’explique : les mimiques et l’humour font parti d’une autre époque et était propre à cet acteur (qui je l’avoue est un monument du cinéma français). Il aurait fallu trouver autre chose pour créer ce personnage.

Pour ce qui est de l’animation : ça reste propre, fluide et beau. Là-dessus je n’ai rien à redire.

Voilà, j’avoue que j’étais partit voir ce film avec un énorme à priori en me disant que ça allait être du grand n’importe quoi. Mais l’histoire tenant un minimum la route et l’animation étant assez plaisante ça passe bien. C’est juste le langage d’Edouard qui est assez saoulant. On à l’impression que le perso principal est un vieux ouech sur le retour et de mon point de vue ce côté décalé aurait pu être mieux adapté.
Cependant si vous voulez emmener vos enfants voir ce film pendant ces vacances scolaires qui s’annoncent, allez-y ça vous occupera pendant 1h30. Et vu le temps qu’ils annoncent, le cinéma me paraît être une bonne alternative.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *