« Qui part à la chasse »

Salut à tous les nains et toutes les naines. Aujourd’hui je vous propose la chronique sur le dernier livre paru chez notre partenaire Les éditions Luciférines.Cette fois c’est Jérémy Bouquin qui est à l’honneur dans notre bonne taverne pour « Qui part à la chasse ». Un livre qui nous faisait énormément de promesses et qui… Je vous laisse découvrir la couverture et le synopsis et on en reparle après. (J’aime ménager un peu de suspens)

11831777_986824068014866_2020127952782118705_n

Synopsis : Maximilien Fortis est négociant. Sa spécialité ? Un produit de luxe : la viande humaine. Quand un gros client lui passe commande pour un mets d’exception, une famille nourrie au bio, végétarienne et élevée en plein air, Fortis se trouve face à un véritable défi. Il s’agit d’une espèce bien protégée. Comment contourner les lois anti-cannibalisme pour dénicher les victimes idéales ? Épaulé par un chasseur fou, il se lance dans une traque à hauts-risques.

………………….

Comme je le disais plus haut ce livre nous faisait énormément de promesses et les a tenues largement. Les personnages sont taillés sur-mesure que ce soit Fortis ou ses relations de « travail ». On se plonge dans l’ambiance du roman en quelques minutes et on en ressort qu’une fois la dernière page tournées. Pour vous donner une idée je l’ai lu en seulement quatre heures. Pas besoin de plus tellement le rythme est soutenu.

Pour ce qui est de l’histoire : On fait dans l’originalité, car personnellement je ne connais pas de livre qui traite du cannibalisme comme Jérémy Bouquin le fait. Le personnage de Maximilien Fortis a un background que l’on découvre tout au  long de l’histoire et qui a tendance à le perturber dans son job. Les rebondissements se font au bon moment. Il se peut qu’au détour d’une page l’action ralentisse un peu et on se dit « ah merde », mais un élément vient remettre la machine en route. Et je peux vous assurez que c’est agréable un livre sans temps mort. Je ne dévoilerai pas la fin de l’histoire ici, je préfère que vous la lisiez par vous-même. Mais malgré le temps que j’ai passé à décortiquer des scénarios de films et voir les rouages, je peux vous dire que la fin est inattendue.

Le style : Rapide et efficace. On ne fait pas dans la dentelle et le langage qui est utilisé nous plonge d’autant plus dans cette ambiance glauque que l’on a tout au long du livre. Les descriptions sont précises et nous font nous sentir mal à certains moments. (oui je plaide coupable mon âme de père a été perturbée à un certain moment). Les termes sont tellement bien choisis que l’on pourrait même sentir l’odeur du sang et avoir la sensation de la texture de la viande dans la bouche. Très intéressant !

Bref, après « 65 de la rue Bouscarat » paru dans l’anthologie des Maisons Hantées du même éditeur, Jérémy Bouquin nous offre la possibilité de nous replonger dans son univers glauque à souhait. Nous faisant découvrir toutes les facettes d’une humanité déjà bien entamée (si vous voyez ce que je veux dire). « Qui part à la chasse » est un livre que je vous conseille fortement car facile de lecture avec une histoire accrocheuse et surtout très accessible (seulement 12€). Alors mes bons nains allez sur le site de notre partenaire des Editions luciférines et faites-vous votre opinion. Et surtout n’hésitez pas à partager cet article pour faire de la pub non seulement à notre partenaire, mais aussi à Jérémy Bouquin et à votre bonne taverne.

A la prochaine mes bons nains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *