Recueil de Nouvelles « Sténopé »

Salut à tous les nains et toutes les naines. Aujourd’hui je vais vous parler du dernier livre paru aux éditions Luciférines. Ce livre a été écrit par Julien Roturier et illustré par Dorothée Delgrange. Ce recueil de nouvelles comporte 11 nouvelles fantastiques penchant sur l’horreur. Mais voici le résumé.

Dans ces nouvelles nous rencontrons des personnages torturés par de curieuses malédictions, victimes de forces surnaturelles ou de leurs désirs les plus sauvages. Nous voyageons entre la France et les États-Unis entre le 20e et 21e siècles. Cela permet de varier les ambiances tout en restant dans l’essence même du recueil : l’horreur.

couv-entiere

Alors que dire de ce recueil… et bien ça tue des ours à la bière. A chaque nouvelle on entre dans un nouveau monde. Les ambiances sont différentes au gré des époques et des endroits où Julien Roturier nous emmène. Personnellement j’ai particulièrement aimé les nouvelles suivantes :

Double Jeu : Une nouvelle où l’on se retrouve dans l’univers adolescent lié aux jeux vidéos et à ses dérives. J’ai trouvé intéressant de mêler les deux mondes (réalité et virtuel) jusqu’à ce que le lecteur ne sache plus où il en est. L’exagération des personnages de l’adolescent et de la mère sont bien les clichés qui reviennent régulièrement sur la problématique du monde virtuel. Mais c’est habilement amené et la fin de la nouvelle est très bien amenée malgré qu’elle soit inattendue. Une très bonne histoire.

On-chasse-Moyen

On chasse en bord de Seille : On se retrouve en France surement dans les années, que je situerais, 70-75. Un groupe d’enfants vont camper en forêt pendant leurs vacances d’été et vont se retrouver face à une trouvaille qui les incite à fumer un cigare bizarre. Et c’est là le début de leurs problèmes. Bon je ne dirais rien sur la suite de la nouvelle et de son scénario mais c’est très bon. L’ambiance est planté directement dans un huis clos avec 4 garçons. On pourrait rapprocher ça d’une histoire de Lovecraft avec un esprit démoniaque. Mais là déjà, j’en dis trop. Je vous conseille vivement de vous plonger dans ce récit et de suivre cette chasse au trésor.

Le Rêveur : Une nouvelle que je vais rapprocher au style de Stephen King. Une ambiance assez tendue que l’on « subit » mais on veut savoir ce qu’il va arriver au personnage principal. L’intrigue démarre doucement jusqu’à l’apothéose et le dénouement qui se trouve être bon pour le personnage principal. Ce qui, croyez-moi, n’était pas joué d’avance. Malédiction ou don de prescience ? A vous de juger mes bons nains.

Alors, que l’on soit d’accord je ne parle pas des autres nouvelles, mais ce n’est pas parce qu’elle sont mauvaises loin de là. Pour vous donner un ordre d’idée, j’ai lu l’intégralité de ce recueil en 3h. On se plonge dans ce monde « d’horreur » et on a du mal à en ressortir. En plus les illustrations de Dorothée Delgrange en début de nouvelle enfoncent un peu plus le clou et il est clair qu’on est loin du monde des bisounours. Et j’ai envie de dire tant mieux. Julien Roturier à ce niveau a le potentiel pour devenir un maître de l’horreur et nous faire encore frissonner à la lecture de ses lignes. Merci à lui et aux Éditions Luciférines de nous avoir fait découvrir ce recueil.

IMG_4807

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *