Stalingrad d’Emmanuel Delporte

Salut à vous très chers nains et très chères naines. Aujourd’hui nous nous retrouvons pour une nouvelle chronique littéraire et cette fois c’est le roman Stalingrad écrit par Emmanuel Delporte et publié chez L’Ivre Book.Allez je vous mets le résumé et on en parle un peu plus en détail par la suite.
Synopsis :

Été 1942. La domination nazie sur l’Europe atteint son apogée. L’état-major du Troisième Reich expédie plus de 900 000 soldats à l’assaut de la ville de Stalingrad.
Cette bataille ne ressemble à aucune autre. Le froid intense, le volume des destructions, la présence de civils, les atrocités commises de part et d’autre, expliquent la fascination qu’elle exerce encore aujourd’hui.
Mais ses souterrains recèlent en outre les reliques d’un secret terrifiant, protégé par d’anciens rites et d’indicibles créatures.
stalingrad-700
Alors que dire de ce roman ? Et bien ça passe très bien. Personnellement je ne suis pas un grand fan des batailles russes durant la Seconde Guerre Mondiale, mais la façon d’aborder le sujet est très intéressante et nous plonge dans un univers sombre et ésotérique. Le roman n’a pas vraiment une structure classique avec une logique chronologique. Là, nous suivons plusieurs personnages qui se croisent tous, mais sans savoir qu’ils jouent un rôle dans le grand « Plan » de l’histoire. Je dois vous avouer que c’est un peu déroutant au départ, cependant une fois que vous serez rentré dans ce Stalingrad vous verrez que ce n’est pas dérangeant bien au contraire.
C’est en remarquant la structure du texte que je me suis dit qu’il y avait anguille sous roche et effectivement je ne m’étais pas trompé. Chaque personnage aussi minime soit-il est une pièce maîtresse de l’histoire. Ce qui me permet de faire la transition avec les personnages.
Les personnages : Il n’y a pas une pléthore de personnages dans ce roman. L’auteur ne s’encombre pas de protagonistes superflus ce qui fait que chacun à son rôle à jouer un point c’est tout.
  – Le premier que l’on voit est celui du soldat russe qui correspond avec sa femme et qui ne lui dit pas ce qu’il se passe vraiment pour ne pas se faire prendre par les camarades qui le tueront pour trahison.
 – L’enfant est un de mes personnages préférés. Il est à la transition entre l’innocence de l’enfance et le monde qui l’entoure jusqu’au moment où il sera happer dans un univers dont il ne soupçonnait pas l’existence.
 – Ceux que j’attendais le plus en voyant Russie et ésotérisme étaient bien entendu Raspoutine et Baba Yaga. Et je n’ai pas été déçu de leur rôle dans le roman. A la fois présents et absents… mais on sent clairement le malaise quand les « mortels » les rencontrent. Je n’en dirais pas plus je n’ai pas envie de spoiler.
Ce que j’ai beaucoup apprécié aussi, c’est la quantité de recherche que l’auteur a dû faire pour se renseigner au sujet de l’homme en noir caché derrière Hitler. Ce qui a permis de faire un intégration parfaite dans l’univers du livre.
Et la dernière partie avec ce que je me suis surpris à appeler la « Suicide Squad » (mais pour de vrai hein) et le dénouement auquel on ne s’attend pas jusqu’au dernier moment.
Voilà vous l’aurez compris mes bons nains si vous n’avez pas encore ce livre il faut vous le procurer rapidement. Je pense que c’est un roman à posséder pour cette rentrée. En plus n’allez pas me faire croire qu’il est trop cher puisqu’il est à 3.99€ en format numérique. Encore une fois Emmanuel Delporte nous offre un travail très intéressant et divertissant avec une écriture des plus agréable. Et si vous me dites que c’est du parti pris parce que je l’ai déjà chroniqué sur la taverne. Je vous répondrais : je pense que ce mec a du talent et qu’il va falloir le surveiller dans les années à venir. Il se pourrait qu’il vous surprenne.
Allez mes bons nains je vous dis à jeudi pour une séance de court métrage et on se retrouve bientôt pour de nouvelle chronique littéraire. Et cette fois ce sera les Éditions Luciférines avec Micronomicon : Peurs d’enfant. Alors restez connectés et pensez à partager l’article mes bons nains et parlez de la taverne autour de vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *