Top 10 spécial enfant by Poulpy

Bébé Nain est bientôt là (très bientôt) !

Nos félicitations à Monsieur et Madame Nain,

voici le cadeau de naissance de Bébé nain :

un Top10 de films pour enfants

…Qu’il ne pourra regarder que bien plus tard…

Comme d’habitude, il va de 10 à 1 et tous les liens vous permettront de vous renseigner sur les productions ou de mater les bandes d’annonces. Ce top convient aussi bien aux enfants qu’aux parents et adultes, il y a de l’animation, des films lives et pleins d’autres trucs pour filles ou garçons. Par contre, ce ne sont que des longs-métrages, pas de séries à la MLP, d’émissions rétros à la Casimir ou de manga à la Doraemon, même si c’est génial aussi.

Je suis assez difficile en ce qui concerne les films pour enfants, ils ne doivent pas être trop lourds, cousus, clichés, ou vous prendre pour des demeurés. Quand on supprime tout ça, il ne reste pas grand-chose, quelques perles par-ci par-là. Si le tout public ne vous correspond pas, cette liste rétrécira grandement, je vous conseille de garder une certaine ouverture d’esprit.

01_bebe

Poulpy n’est pas un pro en la matière, mais trouve qu’il y a eu une nette amélioration depuis son enfance. Non dans les dessins animés qui ont progressivement remplacé le Club_Dorothée (au contraire), mais dans les effets et dans l’ouverture vers un plus large public. Finit les musiques irritantes et répétitives accompagnant des gags bateaux, kitch, voir violents, à la The Mask ou aux Looney Toons (que je n’oserais critiquer), place à la beauté des décors de Brave, aux envolés de Gahoole. La construction des univers a fait place à l’anarchie de ses vieux classiques, ce qui ne cesse de nous émerveiller chaque année.

Bien sûr, il y a toujours ces gags sympathiques et des hommages, pensons à Toy Story et à son évolution par exemple, des vieilleries à garder, voyez par vous même. Et parce qu’il n’y a pas qu’au Japon que l’on réalise de bonnes animations :

10 Cats & Dogs ou Comme Chiens et Chats

Un reportage « tellement vrai » sur nos camarades les chats, sur leurs envies de domination mondiale et sur ces vaillants chiens qui se dressent face à leurs forces démoniaques… Il fait partie de ces films que l’on sort en masse pour Noël et qui sont généralement foirés. Ce n’est pas le cas du 1, où l’on retrouve Jeff Goldblum dans le cast, mais du 2, La Revanche de Kitty Galore, ou pour le coup, la surenchère de lourditude dépasse le seuil toléré et tolérable. Ce qui est un exploit, vu le nombre de blagues de prout du premier. Néanmoins, le principe est fabuleux, le scénario est poilant, bien comme il faut, et les personnages sont très attachants, que ce soit à cause de leur evilness ou de leurs gros yeux tout beaux qu’on-peut-rien-refuser à ses kikinoux ! Ce film a pour particularité que le héros, un chiot, est le personnage parfait du petit garçon en quête d’identité, et qu’il est si mignon que n’importe qui voudrait l’adopter. Il faut donc faire attention aux effets secondaires (dis le poulpe au berger allemand…). Nous devons ce film à Lawrence Guterman, qui signe sa plus belle oeuvre.

02_cats_dogs

  1. Brody travaille à l’élaboration d’un vaccin qui éradiquerait toute allergie humaine aux chiens. Une découverte très attendue par la race canine mais fort redoutée par les félins. Car au cas où un tel vaccin verrait le jour, les chiens deviendraient les animaux de compagnie favoris des humains.

 

Les chats, qui complotent au renversement de la suprématie des hommes pour ainsi devenir l’espèce dominante, n’auraient alors plus aucune chance de voir leur plan se concrétiser.
M. Tinkles, un persan mégalo qui rêve de devenir le maître du monde, appelle donc à la solidarité de ses confrères et consoeurs afin de mettre un terme aux recherches du professeur Brody. La victoire n’est toutefois pas acquise : Lou, le jeune chiot des Brody, est assigné à la protection de son maître et du vaccin en expérimentation.
-cf : Allocine.

9 G-Force ou Mission-G

G-Force, comme Ginea force (Ginea pigs, cochons d’Inde en français, une appellation fautive, comme vous pouvez le voir dans cet article, sur mon blog) : j’avoue entretenir une certaine passion pour ces Petits Lapins d’Océans. Tout comme Cats & Dogs, il s’agit d’une parodie de films d’espionnages mettant en scène des animaux parlants (pour une fois que ce n’est pas pour leur faire dire de trop grosses conneries… C’est souvent ça le problème). La lourdeur de certaines blagues ainsi que le développement d’une suite ratée font deux autres points communs à l’oeuvre ci-dessus, et pourtant il est un poil mieux. Lui aussi est un film live ou l’on a incrusté de jolis animaux en images de synthèses tout équipées pour défendre le monde contre des accessoires de cuisines tueurs dirigés par un cerveau maléfique… Il s’agit du seul film de Hoyt Yeatman, inspiré par une histoire de son fils. Au casting nous retrouvons quelques célébrités tels que Nicolas Cage, Penélope Cruz, Steve Buscemi ou Bill Nighy. C’est une bonne comédie, très rigolote, qui ne prend pas la tête et dont les effets ne vieillissent pas (en plus les personnages sont vraiment drôles ) !

03_G

Le gouvernement a mis au point un programme classé secret défense qui forme des animaux à devenir de parfaits espions. Armés des tous derniers gadgets de haute technologie, des cochons d’Inde hyper entraînés découvrent que le destin du monde est entre leurs pattes. La Mission-G est constituée de Darwin, le chef d’équipe, déterminé à remplir sa mission coûte que coûte, Blaster, expert en armement et amateur de tout ce qui est extrême, et Juarez, une pro des arts martiaux sexy. L’équipe compte aussi une mouche experte en reconnaissance, Mooch, et une taupe, Speckles, spécialiste en informatique. -cf : Allocine.

8 Where The Wild Things Are ou Max et les Maximonstres

Max et les Maximonstres de Maurice Sendak est un livre qui m’a autant marqué dans ma jeunesse que l’histoire de la petite taupe qui se demandait qui lui avait fait sur la tête. Le film reprend parfaitement son caracter design ainsi que son graphisme si particulier. L’oeuvre cinématographique de Spike Jonze a succédé aux opéras, ballets et dessins animés qui ont contribué à faire vivre ce grand classique littéraire de 1963 dont vous avez dû entendre parler tellement ses déclinaisons sont nombreuses. Si vous n’avez jamais regardé un film de S. Jonze, je vous conseille de vous en procurer un car ce sont tous de très belles oeuvres : des aliens, complexes et très surprenants au style impressionnant par sa poésie. Cette oeuvre à un côté très psychologique, montrant tout un panel d’émotions, tel que la bestialité chez l’enfant que l’on retrouve dans les monstres, dans le monde qu’il se construit ou détruit en jeu et dans sa fuite afin de le retrouver et de le diriger, ce qui s’avère plus complexe qu’il ne se doutait. Cette histoire si onirique se veut éducative, tant pour l’enfant que pour les parents, elle permet une sorte de questionnement sur l’enfant ou même sur soi qui ne peut que nous faire grandir, nous et notre imagination. Un article très fin ici.

04_monstres

Max, un garçon sensible et exubérant qui se sent incompris chez lui, s’évade là où se trouvent les maximonstres. Il atterrit sur une île où il rencontre de mystérieuses et étranges créatures, aux émotions sauvages et aux actions imprévisibles. Les maximonstres attendent désespérément un leader pour les guider, et Max rêve d’un royaume sur lequel régner. Lorsque Max est couronné roi, il promet de créer un monde où chacun trouvera le bonheur. Max découvre vite toutefois que régner sur un royaume n’est pas chose aisée et que ses relations avec les autres sont plus compliquées qu’il ne l’imaginait au départ… -cf : Allocine.

7 Kung-Fu Panda

Beaucoup moins recherché et s’adressant à un public plus âgé, nous avons ce fameux divertissement très drôle, et pas aussi lourd qu’il en a l’air au premier abord. Non il n’est pas aussi ridicule que certains de ses congénères animés de DreamWorks qui jouent trop sur la surenchère de blagues lourdingues et les caricatures, car c’est à cela que je pensais en voyant pour la première fois ce gros panda dans un décor oriental ordinairement mal décliné par les Américains. Ce film, loin d’apporter une quelconque morale, se veut plus subtil que l’ordinaire film d’animation pour enfant et passe très bien de l’humour aux séquences sérieuses sans que cela déséquilibre un rythme très soutenu de scènes d’actions. Le monde où se déroule l’action est peuplé d’animaux tout mignons ou plus légendaires (ainsi nous retrouvons Jack Black prêtant sa voix à un panda, Dustin Hoffman en firefox, Angelina Jolie en tigresse, Jackie Chan en singe…) qui incarnent de parfaits héros dans ces aventures qui seront au nombre de six, sans compter la série animée. J’ai trouvé que le second opus de Kung-Fu Panda n’était pas aussi bon que le premier, mais ne polémiquerai pas à ce sujet, car tonton Chuck va prêter sa voix à une licorne dans le suivant !

05_panda

Passionné, costaud et quelque peu maladroit, Po est sans conteste le plus grand fan de kung fu. Serveur dans le restaurant de nouilles de son père, son habileté reste encore à prouver. Élu pour accomplir une ancienne prophétie, Po rejoint le monde du kung fu afin d’apprendre les arts martiaux auprès de ses idoles, les légendaires Cinq Cyclones : Tigresse, Grue, Mante, Vipère et Singe, sous les ordres de leur professeur et entraîneur, Maître Shifu. Mais Taï Lung, le léopard des neiges fourbe et animé d’un désir de vengeance, approche à grands pas, et c’est Po qui sera chargé de défendre la vallée face à cette menace grandissante. -cf : Allocine.

6 Mulan

Restons en Chine avec Mulan, l’héroïne guerrière de Disney inspirée de la légende de Hua Mulan qui « tranche » bien au milieu des adaptations de contes occidentaux habituelles. Soyons tout d’accord pour dire qu’il n’y a PAS eu de deux, s’il vous plait. Ce que j’apprécie beaucoup dans ce film n’est pas le fait qu’il s’adresse autant à un public féminin que masculin, mais qu’il apporte une belle image de la femme accomplie, téméraire et indépendante qui part faire son rituel initiatique et qui, grâce à son courage, sauvera son pays sans avoir besoin de se réfugier dans les bras du héros, car ça, c’est une plus belle vision à apporter aux petites filles que celle de Snow White (même si cela c’est amélioré avec Once Upon a Time). Mulan, de Tony Bancroft et Barry Cook comporte également des scènes amusantes, surtout lors des musiques aux paroles décalées (qu’il ne faut pas forcement chercher à analyser), des scènes tristes, quelques non-dits surprenants dans a relation entre les deux héros… Tout cela crée un classique élégant qui ne vieillit pas, et je suis toujours heureux de voir que Mulan reste l’héroïne favorite de beaucoup, merci à Ming-Na Wen !

06_mulan

Mulan est une belle jeune fille qui vit dans un village chinois. Malgré son amour et son respect pour sa famille, son mépris des conventions l’éloigne des rôles dévolus aux filles devouées. Quand son pays est envahi par les Huns, Mulan, n’écoutant que son courage, s’engage à la place de son père dans le but de lui sauver la vie. Elle va devenir, avec l’aide d’un dragon en quète de réhabilitation, un guerrier hors du commun. -cf : Allocine.

5 Ga’hoole

Le premier film d’animation de Zack Snyder est une adaptation de la série de livres Les Gardiens de Ga’hoole comptant quinze volumes. Sans les avoir lus, je ne peux pas vous dire si le film est conforme à l’original, mais il me parait difficile de résumer autant de volume dans un seul long métrage et nombreux sont les fans qui regrettent les coupures de certaines scènes. Néanmoins, pour les néophytes de la série, ce film est un chef d’oeuvre : ses effets sont merveilleusement réalistes, cela se voit dans les textures et les animations, notamment des bébés chouettes, que l’équipe a observé durant de nombreux mois pour créer se rendu que je n’ai vu nulle part ailleurs. Certaines scènes sont si bien conçues que l’on pourrait les diffuser en boucle et toujours trouver un petit détail accrocheur ou une nouvelle raison de s’émerveiller. Cela dit, aussi mignon qu’un bébé animal joué par Hugo Weaving, Sam Neill, David Wenham ou Helen Mirren peut également l’être, ce n’est rien sans un synopsis accrocheur. Nous avons droit ici à du parfait Znyder, et nous devons aimer pour pouvoir accrocher. Je trouve qu’il a une facilité à s’imprégner d’univers très différents les uns des autres et qu’il change si vite de méthode qu’aucun de ses films ne se ressemble, mais c’est une opinion très personnelle.

07_hoole

Une jeune Effraie des clochers nommée Soren est capturée avec son frère après être tombé de leur nid et emmené à une pension-prison pour chouettes soi-disant orphelines, où ils rencontrent d’autres jeunes chouettes enlevées par les gardes de l’orphelinat-prison, les Sangs-Purs, dirigé par l’effroyable Bec d’Acier, et sa compagne et lieutenante, Nyra. Avec son amie Gylfie et avec l’aide de Scrogne, un Sang-Pur secrètement rebelle, ils entreprennent de s’échapper du terrible orphelinat-prison. Guidé par les légendes qui ont bercées son enfance, Soren ira, avec Gylfie et d’autres chouettes rencontrées durant leur voyage, Spéléon et Perce-Neige, traverser la Mer d’Hoolemere, pour trouver le Grand Arbre où résident les nobles Gardiens de Ga’Hoole. -cf : Wikipedia, bande d’annonce : Allocine.

4 Les Burtons

The Nightmare Before Christmas (ou l’Étrange Noël de Mr. Jack), Corpes Bride (ou Les Noces Funèbres) et Frankenweenie.

Ces trois films d’animation ont largement contribué au succès de Tim Burton, surtout quand on repense à The Nightmare Before Christmas qui était commercialisé avec deux autres courts-métrages, dont Frankenweenie qui est un film live avant d’être ce que l’on connaît. D’ailleurs, l’univers burtonnien, nous ne le présentons plus. Il a toujours été sombre, limite gothique, personnel et même indescriptible. Il est vrai que ses films se sont assagis avec le temps, car ils se sont souvent tournés vers un public enfantin, voir même un public de grands enfants (citons, par exemple, son livre, La Triste Fin du Petit Enfant Huitre, Beetlejuice ou sa polémique adaptation de Charlie and the Chocolate Factory), je ne souhaite pas mentionner l’intégral de ses films – il ne serait pas très sage de présenter Sleepy Hollow à nos chers niards – afin de me concentrer sur trois d’entre eux.

Ces films tournés en stop motion avec des marionnettes montrent une nette évolution dans la technique en gardant un panel très caractéristique de créatures fantastiques qui restent dans l’esprit de ces premiers films, nous pouvons d’ailleurs parler de « retour aux sources » dans le cas de Frankenweenie. Nous pouvons aussi citer quelques personnalités connues dans leurs rôles principaux : Patrick Stewart ; Chris Sarandon ; Danny Elfman ; Catherine O’Hara ; Johnny Depp ; Helena Bonham Carter ; Michael Keaton… En tant qu’animés destinés à l’enfant, ils ont souvent été critiqués, jugés à tord comme des oeuvres glauques, sanglantes, voir violentes, alors qu’il ne s’agit pas du tout de cela. Certes, il y a du macabre, et présenter des montres est une chose considérée comme ignoble, pourtant Tim Burton a ici tout à fait compris le principe d’un conte. Mais je laisserais le soin d’une présentation plus détaillée à d’autres fans pour faire place à la suite (sinon vous allez encore dire que c’est trop long…).

08_burton

Jack Skellington, roi des citrouilles et guide de Halloween-ville, s’ennuie : depuis des siècles, il en a assez de préparer la même fête de Halloween qui revient chaque année, et il rêve de changement. C’est alors qu’il a l’idée de s’emparer de la fête de Noël… -cf : Allocine.

Au XIXe siècle, dans un petit village d’Europe de l’est, Victor, un jeune homme, découvre le monde de l’au-delà après avoir épousé, sans le vouloir, le cadavre d’une mystérieuse mariée. Pendant son voyage, sa promise, Victoria l’attend désespérément dans le monde des vivants. Bien que la vie au Royaume des Morts s’avère beaucoup plus colorée et joyeuse que sa véritable existence, Victor apprend que rien au monde, pas même la mort, ne pourra briser son amour pour sa femme. -cf : Allocine.

Après la mort soudaine de Sparky, son chien adoré, le jeune Victor fait appel au pouvoir de la science afin de ramener à la vie celui qui était aussi son meilleur ami. Il lui apporte au passage quelques modifications de son cru… Victor va tenter de cacher la créature qu’il a fabriquée mais lorsque Sparky s’échappe, ses copains de classe, ses professeurs et la ville tout entière vont apprendre que vouloir mettre la vie en laisse peut avoir quelques monstrueuses conséquences… -cf :Allocine.

3 Tangled (ou Raiponce) et Frozen (ou la Reine des Neiges)

Ces deux animés possèdent une bande-son remarquable : les musiques, servant vraiment à l’histoire, ont énormément marqué les esprits. Ce sont deux réussites indissociables des nouveaux studios Disney, et surtout de Byron Howard et Nathan Greno ainsi que de Jennifer Lee et Chris Buck. Deux courts-métrages les ont précédés et nous pouvons également voir la princesse Raiponce en cameo dans Frozen. Ces adaptations n’ont, comme d’habitude, que peu de choses à voir avec les contes originaux qui sont beaucoup moins soft et se terminent assez effroyablement. Là, il y a toujours un côté tragique permettant au public de se rapprocher des personnages, qui n’ont rien de niais, mais également beaucoup d’humour. C’est ainsi que la classe de la reine Elsa ou du cheval Maximus, les blagues de Olaf et de Sven s’intègrent parfaitement à un bon scénario. Personnages que nous retrouvons dans Once Upon A Time, une autre série Disney, live cette fois. Les studios d’animations ayant fermés leurs portes durant une assez longue période sont désormais actifs et ils ont un bon avenir devant eux, étant donné que leur dernière création s’est retrouvée numéro un des box-offices de l’année 2013.

09_princesses

Lorsque Flynn Rider, le bandit le plus recherché du royaume, se réfugie dans une mystérieuse tour, il se retrouve pris en otage par Raiponce, une belle et téméraire jeune fille à l’impressionnante chevelure de 20 mètres de long, gardée prisonnière par Mère Gothel. L’étonnante geôlière de Flynn cherche un moyen de sortir de cette tour où elle est enfermée depuis des années. Elle passe alors un accord avec le séduisant brigand… C’est le début d’une aventure délirante bourrée d’action, d’humour et d’émotion, au cours de laquelle l’improbable duo va rencontrer un cheval super-flic, un caméléon à l’instinct de protection surdéveloppé, et une drôle de bande de malfaiteurs. -cf : Allocine.

Anna, une jeune fille aussi audacieuse qu’optimiste, se lance dans un incroyable voyage en compagnie de Kristoff, un montagnard expérimenté, et de son fidèle renne, Sven à la recherche de sa sœur, Elsa, la Reine des Neiges qui a plongé le royaume d’Arendelle dans un hiver éternel… En chemin, ils vont rencontrer de mystérieux trolls et un drôle de bonhomme de neige nommé Olaf, braver les conditions extrêmes des sommets escarpés et glacés, et affronter la magie qui les guette à chaque pas. -cf : Allocine.

2 Aardman Animations

Chicken Run, Wallace and Gromit, Flushed Away (ou Souris City), Arthur Christmas (ou Mission : Noël), Pirates, Bande of Misfits (ou Les Pirates, Bon à Rien, Mauvais en Tout)…

Aardman Animations est un studio de production britannique de films d’animation célèbre pour ses personnages en pâte à modeler Wallace et Gromit. Les studios Aardman sont basés à Bristol. Ils ont été fondés en 1972 par David Sproxton et Peter Lord, et le nom le plus connu qui y soit attaché est celui du réalisateur Nick Park. -cf : Wikipedia. Pratiquants le stop-motion avec une dextérité très rare, ils sont les précurseurs du film d’animation au même titre que Disney ou Pixar. À présent, les effets d’images de synthèses on prit le dessus par rapport à l’image par images sans pour autant délaisser le style si cher au studio, c’est à dire la pâte à modeler. Moins connus en France, leurs séries télé tels que Shaun le mouton ou leurs courts-métrages on eue un franc succès chez nos voisins. D’ailleurs, au casting de leurs films toujours très attendu vous pouvez trouver de hautes personnalités telles que Ian McKellen, Martin Freeman, David Tennant, Bill Nighy, Andy Serkis, Hugh Jackman, Kate Winslet, Mel Gibson, Helena Bonham Carter, James McAvoy, Imelda Staunton, Ralph Fiennes et même Jean Reno ! Je les adore (*0*), et c’est à voir en VO.

10_aardman

En 1950, en Angleterre, dans le Yorkshire, la vie paisible du poulailler de la ferme Tweedy semble plaire à ses locataires. La nourriture est abondante et l’endroit est chaleureux. Mais la poule Ginger est loin de partager l’avis de ses consoeurs : elle rêve de grand espace et de liberté. Chaque jour, elle essaie sans succès de s’évader de la basse-cour. La courageuse Ginger s’arme de patience pour faire comprendre à ses copines volatiles que le grillage n’est pas autour de la ferme mais bien dans leur tête.
Ses espoirs reprennent vie lorsqu’un « coq-boy libre et solitaire », Rocky, atterrit dans la basse-cour. Ginger voit alors en lui le sauveur de toutes les poules. S’il pouvait leur enseigner à voler, elles seraient capables de s’enfuir. Car elles n’ont pas le choix : M. Tweedy, le propriétaire de la ferme, a décidé de les passer à la casserole un jour ou l’autre.
-cf : Allocine.

Roddy est un rat des beaux quartiers, qui habite une luxueuse résidence de Kensington. Lorsque Syd, un vulgaire rat d’égout, remonte par l’évier et prétend s’incruster dans son paradis, Roddy tente de l’évacuer en l’attirant dans les WC. Mais Syd n’est pas si bête, et c’est le rat-finné Roddy que le tourbillon de la chasse aspire et expulse dans les égouts !

Dans cet univers haut en couleur, Roddy fait la connaissance de Rita, une dynamique fouille-poubelles. Pressé de regagner ses appartements, Roddy requiert ses services, mais Rita insiste pour être payée d’avance, et notre « hé-rat » n’en a pas les moyens.

Ses ennuis ne font d’ailleurs que commencer, car l’infâme Crapaud a chargé ses rats de main, de les refroidir. Lorsque les deux balourds se plantent lamentablement, Crapaud appelle à la rescousse son cousin français, le redoutable mercenaire La Grenouille… -cf : Allocine.

Malgré son enthousiasme, le Capitaine Pirate a beaucoup de mal à se faire passer pour une terreur des mers. Secondé par un équipage aussi peu doué que lui, le Capitaine rêve pourtant de battre ses rivaux, Black Bellamy et Liz Lafaucheuse, en remportant le prestigieux Prix du Pirate de l’Année.
Pour le Capitaine et son drôle d’équipage, c’est le début d’une incroyable odyssée qui, des rivages de Blood Island jusqu’aux rues embrumées de Londres, va les conduire d’épreuves en rencontres. S’ils vont faire équipe avec un jeune scientifique du nom de Charles Darwin, ils vont aussi devoir affronter mille dangers et tenter de survivre à la reine Victoria, qui voue une haine absolue aux pirates… En avant pour l’aventure !
-cf : Allocine. (…)

1 Les Studios Pixar

Monsters inc, Toy Story, Brave (ou Rebelle), The Incredibles (ou les Indestructibles), Wall-E, Bolt, Up (ou Là-Haut), Ratatouille…

Qui n’a jamais entendu parler de Pixar, de ses merveilles et de son parcours très fascinant ? Y a t’il plus représentatif de la culture cinématographique de notre époque ? Où en serait le monde sans eux ? (fanatique) Pixar Animation Studios est une société américaine de production de films en images de synthèse. À ce jour, le studio d’animation a remporté vingt-deux Oscars du cinéma, quatre Golden Globes et trois Grammy Awards ainsi que de nombreuses autres récompenses. Le studio est surtout connu pour ses longs métrages d’animation en images de synthèse créés avec PhotoRealistic RenderMan, sa propre version de l’interface de programmation de rendu RenderMan utilisée pour créer des images de haute qualité. Pixar a été créé en 1979 sous le nom de Graphics Group, un service de la Lucasfilm Computer Division avant d’être acheté par le cofondateur d’Apple, Steve Jobs, en 1986. La société a tenté de diversifier ses activités avec la production d’un ordinateur, le Pixar Image Computer. Mais c’est dans le domaine de l’animation que la société a été rentable avec des longs métrages coproduits avec Disney à partir de 1995. La société a été rachetée par The Walt Disney Company en 2006 et le studio est devenu une filiale de Walt Disney Pictures. -cf : Wikipedia.

11_pixar

Monstropolis est une petite ville peuplée de monstres dont la principale source d’énergie provient des cris des enfants. Monstres & Cie est la plus grande usine de traitement de cris de la ville. Grâce au nombre impressionnant de portes de placards dont dispose l’usine, une équipe de monstres d’élite pénètre dans le monde des humains pour terrifier durant la nuit les enfants et récolter leurs hurlements.

Le Terreur d’élite le plus réputé de Monstres & Cie s’appelle Jacques Sullivent, alias Sulli. C’est un monstre cornu de 2m40 de haut à la fourrure bleu-vert tachetée de violet. Une nuit, alors qu’il se trouve à l' »Etage de la Terreur », il s’aperçoit qu’une porte de placard n’a pas été fermée correctement. Pour vérifier que tout est en place, il l’ouvre, permettant sans le vouloir à Bouh, une petite fille, de pénétrer dans son monde. -cf : Allocine.

Quand le jeune Andy quitte sa chambre, ses jouets se mettent à mener leur propre vie sous la houlette de son pantin préféré, Woody le cow-boy. Andy ignore également que chaque anniversaire est une source d’angoisse pour ses jouets qui paniquent à l’idée d’être supplantés par un nouveau venu. Ce qui arrive quand Buzz l’éclair est offert à Andy. Cet intrépide aventurier de l’espace, venu d’une lointaine galaxie, va semer la zizanie dans ce petit monde et vivre avec Woody d’innombrables aventures aussi dangereuses que palpitantes. -cf : Allocine.

Pour le chien Volt, star d’une série télévisée à succès, chaque journée est riche d’aventure, de danger et de mystère – du moins devant les caméras. Ce n’est plus le cas lorsqu’il se retrouve par erreur loin des studios de Hollywood, à New York… Il va alors entamer la plus grande et la plus périlleuse de ses aventures – dans le monde réel, cette fois. Et il est convaincu que ses superpouvoirs et ses actes héroïques sont réels…

Heureusement, Volt va se trouver deux curieux compagnons de voyage : un chat abandonné et blasé nommé Mittens, et un hamster fan de télé dans sa balle de plastique appelé Rhino. Volt va découvrir qu’il n’est pas nécessaire d’avoir des pouvoirs extraordinaires pour être un vrai héros… -cf : Allocine.

Ce Top10 est terminé, vous pouvez partager vos impressions, mais surtout vos félicitations à Madame et Monsieur Nain dans les commentaires !

Tchou

12_wreck

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *