Under the Dome

Salut à tous les nains et toutes les naines. Aujourd’hui je vais vous parler d’une série fantastique dans tous les sens du terme. Alors, forcément comme le titre l’indique, vous l’avez sûrement lu, Under the Dome. Écrite et adaptée par Stephen King. Et comme à chaque fois c’est un pur bonheur que de se plonger dans son univers un peu bizarre. Accrochez-vous mes bons nains, voici le synopsis et la bande-annonce.

Synopsis : Les habitants d’une petite communauté se réveillent un matin, coupés du monde et piégés dans la ville à cause d’un immense dôme transparent. Certains tenteront, de manière dissimulée, de tirer profit de cette situation inquiétante et inexpliquée, afin de prendre le pouvoir. Mais une résistance va s’organiser autour d’un vétéran de la guerre en Irak, pour empêcher ces personnes malveillantes de parvenir à leur fin.

Ça vous a donné envie hein… et bien vous avez raison mes amis. Comme à son habitude Stephen King est parvenu à faire d’une histoire qui commence de façon banale, un imbroglio d’évènements tous plus bizarres les uns que les autres. Mais c’est ça qu’on aime n’est-ce pas ?

Le scénario est très bien conçu et on entre dans l’intrigue au bout du premier épisode. Le Dôme est le moyen de faire un huis clos très prenant. La première saison est faite pour voir comment les habitants vivent les premiers temps dans le dôme sous la houlette de Big Jim (en gros c’est le maire de Chester’s Mills). Les questions fusent : D’où vient ce dôme ? Pourquoi est-il là ? Vont-ils manquer de quelque chose ? Bref vous obtenez les réponses très rapidement et vous apprenez à connaître les personnages (avec plus ou moins de ressentiment pour certains).

Stephen King introduit rapidement l’étrange avec les 4 jeunes réunis (les quatre mains) qui sont pris de crises inexpliquées de spasmes en marmonnant « les étoiles roses tombent du ciel une à une ». Puis on a l’impression que le Dôme a sa propre volonté et certaines personnes ont l’air d’être ses élus. En gros plus vous allez regarder, plus vous allez être accros. Personnellement les deux saisons ont été regardée quasiment d’une traite avec un an d’intervalle. Et que dire des épisodes finaux de chaque saison. Lorsque ça se termine on en croit pas ses yeux et on se dit « Non, il n’a pas le droit de finir la saison comme ça ». La chose qui est plutôt rassurante c’est qu’à chaque fois on sait que la série est prolongée et qu’on aura le droit à la suite l’année d’après. Mais c’est long un an.

Sachez tout de même que la série est adaptée d’un roman écrit aussi par Stephen King. Et là vous allez vous dire : « ça y est il recommence avec les livres c’est mieux… ». Que nenni mes bons nains car c’est Stephen King qui adapte et qui modifie les personnages et l’histoire. Donc vous pouvez lire et regarder, mais ça ne choque pas. Certains persos sont différents, d’autres n’existent pas dans un des deux supports. Vous l’aurez compris le maître du fantastique s’amuse beaucoup. Une dernière chose : je vous lance le défi  de repéré Stephen King dans les saisons. Car oui ce dernier joue un petit rôle dans tout ce qu’il fait. Alors, regarder cette série mes bons nains et dites au revoir à votre vie sociale le temps de voir les deux saisons de cette série au combien prenante. Et lisez aussi les livres… ET OUAIS JE L’AI DIT HAHAHAHA !

1 commentaire

  1. Hey !

    Alors j’t’avoue pour ma part que j’ai totalement boudé la série car j’y ai vu un thème que je connaissais déjà dans une autre série littéraire et du coup, j’avais l’impression d’un copier coller. (Genre Battle Royal et Hunger Games pour les puristes, même si j’adore les deux).
    Une impression qui s’est confirmée après quelques recherches. Je ne sais pas si l’idée d’une ville isolée du reste du monde faisait simplement partie d’une mode à l’époque, mais quand j’ai appris que l’œuvre de King avait vu le jour après celle que je connaissais, je n’ai pas eu très envie de m’intéresser à la série.

    Les livres dont je fais référence sont ceux de Michael Grant, « Gone », c’est le nom de la série de bouquins. Alors certes, les personnages sont des enfants/adolescents (et pour cause, l’apparition d’un dôme correspond à la disparition des plus de 16 ans), mais d’un point de vue philosophique je trouve cela encore plus intéressant. Bon et puis quand on ajoute les super pouvoirs de certains gamins, on peut comprendre mon intérêt. D’autant plus que l’histoire est bien ficelée et qu’elle m’a maintenu éveillé plusieurs nuits. Bref, si ça t’intéresse, j’te laisserais faire tes propres recherches. Pour de la littérature « adolescente », j’ai trouvé cela super riche et à bien des égards, on peut effectivement voir une certaine ressemblance avec King (par moments, j’ai eu l’impression de me retrouver avec Carrie ou Charlie).

    Cela dit, la description que tu me donnes ici d’Under the Dome m’intrigue un peu et je pense que je pourrais donner une seconde chance à cette série… Merci monsieur le nain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *